• 13879 visits
  • 51 articles
  • 973 hearts
  • 8966 comments

Haïr son propre frère, son reflet, c'est haïr sa moitié, son double. C'est haïr ce qu'on devrait chérir. 02/02/2011

Petit frère,
J'ai choisi l'ombre comme tu as choisis la clarté pure du soleil
Tu es l'amour, je suis la haine
Elle m'emporte et me détruis
Je te veux à mes côtés
Chaque jour un peu plus, je te hais
Je veux faire couler ton sang
Je souhaite entendre tes sanglots me suppliant
Je suis l'ombre, tu es le soleil,
Saches que le sombre recouvre à jamais la lumière...



Haïr son propre frère, son reflet, c'est haïr sa moitié, son double. C'est haïr ce qu'on devrait chérir.


Il est le parfait exemple de beaucoup d'entre nous... Il rit pour cacher les blessures de son âme. 30/09/2009

Il n'est pas un garçon comme les autres...

Sirius Black est malheureux. La façade de bonheur qu'il affiche n'est que masque. Ses amis s'en sont aperçu. Mais il préfèrerait mourir que d'avouer... Il préfèrerait mourir que se soumettre. Qu'est ce qui le rend si absent? Si triste parfois? Vous êtes vous déjà réellement interrogé? De bonnes notes, des amis qui l'aiment. Mais le sang pur qui coule dans ses veines l'arrache au bonheur de la vie réelle. Un sang. Un rang qu'il faut honorer. Un trésor que sa famille juge inestimable. Des règles. Une allergie maladive face à l'autorité et aux réglements. Un caractère qui ne s'adapte pas. Un châtiment pour sa différence.

Des parents ignobles. Une famille entièrement ignoble. Et lui... Lui qui revient le hanter après tant d'années.

Lorsque votre vie commence à avoir un sens et qu'une personne à décidé de réapparaître pour briser ce petit havre de paix...

Rebelle et Lion font Rébellion

Des prévenus? Pourquoi? 30/09/2009

"Je peux être prévenue s'il te plaît?"
 

Hop et deux minis lectures de chapitres au total! Fuck les "faux lecteurs"! Roooooh mais c'est qu'elle est vulgaire la jeune fille...! Si c'est pour vous foutre de moi, autant que vous ne veniez pas, je me passe bien de votre présence! Soit vous lisez et vous vous y tenez, soit vous passez votre chemin, merci bien!
 
A quoi sert d 'avoir cinquante lecteurs qui ne vous suivent pas vraiment?
 
Je préfère en avoir cinq et qu'ils soient juste merveilleux avec leurs sublimes avis constructifs!
 
J'aime avoir de bons avis et sentir qu'on apprécie ma fiction. Je pense que c'est ce que tout auteur recherche.
 
Alors inutile de vous forcer les gens!

Prologue : Depuis ce jour... 02/10/2009

Un jeune homme âgé d'environ quinze ans se réveilla en sursaut lorsqu'il entendit quelqu'un hurler son prénom au rez de chaussée. Sirius Black leva les yeux aux ciel et eut un large sourire moqueur.

- Mais oui vieille conne, j'arrive...

...

- SIRIUS!
- PUTAIN J'ARRIVE! DEUX MINUTES!
- NE ME PARLE PAS SUR CE TON!
- Et de un...

Sirius Black, après s'être préparé, descendit affronter ses parents, à contrec½ur... Et bien que ça ne se voyait pas, avec la peur au ventre... Il entra dans la cuisine, tombant immédiatement dans le regard haineux de sa mère.

- Réponds moi une fois encore de la sorte et tu vas vraiment le regretter...

Walburga Black avait parlé d'un ton calme, dangereusement menaçant... Sirius ne dit pas un mot et s'assied, évitant le regard de son père de peur d'être brûlé vif. Il tendit la main pour prendre un toast mais soudain elle prit feu. Sirius cria légèrement et regarda sa mère d'un air assassin.

- Tu pense avoir le droit de manger?! S'écria t-elle.
- Bah non, mais je le prend! Qui ne tente rien n'a rien... Répondit-il avec un sourire malicieux qu'il n'avait pu retenir...

Une main s'abattit alors sur sa joue et Sirius tomba de sa chaise... Son père s'était levé brusquement et le regardait d'un air vraiment furieux...

- Essaie de répondre encore une fois, ne serait-ce qu'une toute petite fois...
- Non merci... Euh, je vais aller dans ma chambre... Dit-il en essayant de passer.
- Est-ce que je t'ai demander d'y aller? Demanda Orion Black en lui prenant le bras.
- Non...
- Alors tu t'assoies.

...

- Mais...

Orion haussa les sourcils...

- Je... je suis énervé et vous l'êtes aussi alors je pense que c'est mieux que je ne sois pas dans la même pièce que vous...
- Pourquoi?! Tu as peur?! Demanda Orion avec de la délectation dans la voix, pensant réussir à faire avouer une telle chose à son fils...
- Oh oui! Mon dieu je tremble et tout t'as pas remarqué encore?! Répliqua Sirius d'un ton sarcastique...
- NE ME PARLE PAS SUR CE TON! Hurla son père...
- Et de deux!
- QUOI?!
- Euh... Rien!

* J'suis complètement con de compter à haute voix! *

- Qu'est ce que tu compte?!
- Hum... rien!
- Je te connais par c½ur, Sirius. C'est pourquoi à l'instant même je sais que tu me mens et je sais aussi que tu te fous de nous.
- Pas du tout! C'est pas vrai, je te jure!

Son père se leva à nouveau et Sirius fit de même pour s'éloigner de lui...

- Viens ici!
- Non!
- Sirius, ne joue pas à ça avec moi.
- A parce que tu trouve qu'on s'amuse là?! Putain t'as de drôles de jeux!

Sirius n'essayait même plus d'en rire ou d'avoir l'air serein... Il était plus énervé et triste qu'autre chose...

- C'est drôle de me faire du mal hein?!
- Je n'aurais pas pitié de toi, ne rêve pas!
- Oh mais ne t'inquiète pas je le sais!

Ils tournaient tous deux autour de la table se jaugeant du regard tel un rapace en face de sa proie...

- Vu que je suis condamné à souffrir je vais jouer moi aussi alors... Vas-y essaie de m'attraper...
- Tu ne fais qu'augmenter ma haine là...
- Je le sais, c'est con hein?! T'as la rage n'est-ce pas?!
- Sirius, arrête de suite.
- Pourquoi?! Tu crois que tu n'arriveras pas à te stopper une fois que tu m'auras mis la main dessus c'est ça?!
- Tu ne pourras t'en prendre qu'à toi même, je t'aurais prévenu!
- Pfff j'ai jamais vu des parents aussi cons que vous! Cracha Sirius avec haine...

Mais là il s'aperçut que c'était la phrase de trop... Aucune issue de secours n'était possible...

Mais la porte de la cuisine était ouverte, de plus elle était juste derrière lui... S'il se dépêchait, s'il courait vite... Il aurait peut-être une chance de sortir de ce manoir avant que son père ne lui tombe dessus... Il prit alors ses jambes à son cou et commença à courir, seul détail important qu'il n'aurait pas dû oublier, ils étaient deux contre lui avec deux baguettes magiques... Lui n'en avait pas ou du moins n'avait pas le droit de s'en servir en dehors de son école...

Oui, la "cause Sirius Black" était bel et bien perdue.

Sirius essaya d'ouvrir la porte mais s'aperçut qu'elle était verrouillée...

* Je suis mort *

Il ferma les yeux. Des frissons parcoururent son corps de long en large... Ses mains devinrent moites et commencèrent à trembler... Sa respiration s'accéléra... Son c½ur allait surement exploser sous l'angoisse... Et tout ça c'était à cause de son père. Il n'avait pas réellement peur de sa mère. Il ne baissait jamais les yeux devant elle. Même si elle était cruelle, il lui répondait toujours sans hésitation. Mais son père était différent. Bien plus violent, bien plus effrayant, bien plus fort qu'un gamin de quinze ans... Il prit son courage à deux mains et affronta son destin en face. Après tout il était un Gryffondor. Oui, mais justement, c'est à partir de là que tout avait commencé. Depuis le jour ou malencontreusement, Sirius Black fils d'Orion et Walburga Black, était rentré dans la maison ennemie à sa famille. Depuis ce jour, Sirius Black, âgé d'onze ans à l'époque avait connu bien des douleurs autant physiques que morales. Depuis ce jour, rien n'était comme avant, il était devenu la honte de sa famille, mais surtout la victime désignée de la folie de ses propres parents.



Chapitre 1 : La peur au ventre... 02/10/2009

Sirius ouvrit les yeux et les referma aussitôt. La lumière du jour était vraiment forte. Ou était-ce le paradis? Peut-être qu'il était mort finalement. Il réalisa alors qu'il souffrait énormément. Il avait vraiment mal partout.

- Monsieur, madame votre fils est réveillé! Annonça une voix d'un ton joyeux...

* Grmfffffffffffffffffffff il était à l'hôpital encore une fois! *

- Sirius! Sirius tu vas bien?!

Sirius rigola alors ouvertement... Sa mère faisait semblant de s'inquiéter! Qu'est ce qu'ils étaient pathétiques! Ça en devenait pitoyable! Mais il cessa de rire dès qu'il vit le visage de son père à ses côtés... Et il fut forcé d'entrer dans leur jeu s'il tenait à sa vie.

- Oui, je vais bien...

Ce qui était faux... Dés que son père était apparu, une boule s'était formé dans son ventre et au fond de sa gorge... La peur était bien plus forte que la douleur et plus les années défilaient, plus ça empirait...

- Vous pouvez nous laisser seuls? Demanda alors Orion Black.

* Surtout pas! Surtout pas! SURTOUT PAS! *

- Je suis navrée, Monsieur, mais votre fils vient de se réveiller, je dois rester auprès de lui au cas ou...
- Ne vous en faîtes pas, si il a besoin de quoi que ce soit, nous vous appellerons.

* J'en suis pas si sur *

- Je n'en ai pas le droit, Monsieur, je suis désolée. Répliqua l'infirmière d'un ton ferme.

* Ma sauveuse *

Sirius soupira de soulagement... Ce qui ne passa pas inaperçu...

- Quelque chose ne vas pas, Sirius? Demanda Orion en le regardant...
- Je... Si, ça va très bien.
- Tu souffres?
- Étrangement, pas le moins du monde!

Il vit le poing de son père se crisper à côté de lui...

- Tu n'as pas perdu la mémoire au moins?

Ce fut au tour de Sirius de perdre. Sa main trembla. Et son père eut un sourire satisfait.

- Ben il ne s'est pas passé grand chose, je suis juste tombé dans l'escalier c'est ça?

Orion le regarda d'un air assassin.

- Bien sur que non! Tu te serais fait attaquer par une bande de moldus assez dangereuse! Protesta l'infirmière...

Sirius eut un large sourire satisfait. Il avait gagné.

- C'est vrai que je me suis fait attaquer... Mais il me semble que ce n'était pas par des moldus... Qu'en penses-tu Regulus?
- Je... je...

Les lèvres de Regulus tremblaient face aux regards de ses parents. Ce qui n'échappa pas à l'infirmière.

- C'est vous! C'est vous qui avait fait ça!

Orion verrouilla la porte, insonorisa la chambre à l'aide de sa baguette et il se tourna vers elle.

- Je crois qu'on a un serment inviolable à faire nous deux.
- Hors de question! Je vais vous dénoncer, vous n'êtes que de sales pourritures!
- Je ne peux pas le nier... Mais si vous préférez la mort au serment autant me le dire de suite je peux arranger ça...
- Non! Ne fais pas ça! S'il te plaît! Supplia Sirius.
- Toi... Répondit-il en le regardant méchamment... Pas un mot de plus. Je ne veux plus t'entendre, c'est clair?!
- Oui.
- Ben allez-y tuez moi! J'ai hâte de voir comment mon corps va sortir de cet hôpital! Ca risque de ne pas passer vraiment inaperçu...

Il s'approcha d'elle d'un air menaçant...

- Je suis mangemort, chère demoiselle, croyez-moi j'en ai vu d'autres... Cacher un corps pour moi c'est aussi facile que de manger un toast. Mais bon si la mort vous tente, il suffit de me le demander, je peux très bien vous rendre ce service.

La jeune infirmière se tourna vers Sirius avec regret. Mais il lui sourit, soulagé que son père ne la tue pas. Lui, n'aurait certainement pas cette chance... Orion tendit alors sa main et Mary le regarda avec dégout avant de la prendre.

- Walburga tu seras notre enchaineur.
- Ce qui paraît assez logique... Ajouta Sirius en levant les yeux aux ciel.

Orion lâcha la main de Mary et se dirigea vers lui. Il approcha son visage à deux centimètres de celui de son fils. Sirius baissa les yeux bien qu'il détestait ça.

- Excuse moi... Dit-il précipitamment...
- Tu vois que ça commence à rentrer... Je te félicite, Sirius.
- Ne me félicite pas trop vite...
- Ca veut dire quoi ça?
- Rien.
- Tu as réellement perdu la mémoire ou tu veux que je t'explique en détails ce qui s'est passé?
- Non merci.
- Alors? Ton étrange phrase veut dire quoi, Sirius?
- Que mes excuses sont faites à contrec½ur. Uniquement pour que j'ai le temps de me rétablir avant de me faire torturer à nouveau.
- Je ne te laisserais pas le temps.
- Quoi?! Pourquoi?!
- Parce que je suis enfermé dans un hôpital, en train de faire un serment inviolable avec une infirmière, alors que ma marque m'a brûlé dès que je suis entré dans cette chambre!
- Bah fallait me l'expliquer!
- Tais toi, Sirius, c'est un conseil. Tais toi.

Sirius n'aimait pas obéir, c'était bien connu mais cet instant fut l'exception. Il sentait son père prêt à se ruer sur lui infirmière ou pas. Il se tut alors durant le serment inviolable. Il était dégouté mais ce n'était rien comparée à Mary. Elle avait du promettre des choses horribles. Premièrement, ne rien dire sur ce qu'elle avait appris. Et deuxièmement, chaque fois que Sirius revenait dans cet hôpital, elle devait s'occuper de lui. Autrement dit, même dans l'hôpital Sirius était dans la merde. Elle le regarda, ses yeux baignés de larmes. Mary s'approcha de lui et lui prit la main.

- Je suis vraiment désolée!
- Ce n'est rien, ne vous en faîtes pas!
- Mais à cause de moi tu...
- Écoutez, ça fait quatre ans que ça dure. Quatre ans que je viens au moins une fois par an dans cet hôpital et encore, je suis gentil... Je m'en fiche! Que voulez vous, on ne choisit pas sa famille!
- Soit plus clair, Sirius...
- Et ben on ne choisit pas sa famille... Je ne peux pas être plus clair... Répondit-il avec hésitation...
- La question que je te pose c'est : Que reproche-tu à ta famille? Demanda Orion en le regardant droit dans les yeux.

Ils avaient tous deux les mêmes yeux, le même physique d'ailleurs... Et pourtant, ils ne se ressemblaient en rien.

- Je ne lui reproche rien du tout... On ne peut pas reprocher aux cons d'être cons, ils sont nés comme ça et personne n'y peut rien...
- Tu me traite de con?!
- A toi de voir si tu te sens concerné...

Mary regardait l'un et l'autre avec la peur au ventre. Ce gamin était fou! Il fallait à tout prix qu'il se taise! Le père s'approcha et elle eut le pire des pressentiments. Cet homme était malade! Il fallait voir dans quel état était son fils lorsqu'il était entré aux urgences, elle l'avait cru mort sur le coup.

- Je vais te poser une dernière question... On va voir si tu as bon ou pas... Penses tu que quiconque dans cette pièce soit con?

Sirius avait du mal a regarder son père en face, surtout que s'il n'avait pas la bonne réponse, il était mort. Et avoir la bonne réponse avec son père signifiait être aussi taré que lui.

- Non. Je pense plutôt que dans cette pièce se sont des malades mentaux qui ont vraiment besoin d'être enfermés.
- Intéressant... Pourquoi enfermés? Et pas soignés?
- Parce qu'il y en a qu'on ne peut pas soigner... Lorsque ça devient trop grave, c'est fini. Je suis sur qu'il y a une raison derrière cette méchanceté, une raison plus forte que le fait que je sois à Gryffondor... Mais je ne la connais pas et je ne la connaîtrais probablement jamais.
- Il n'y a aucune autre raison.
- « Je te connais par c½ur. C'est pourquoi à l'instant même je sais que tu me mens et que tu te fous de moi. » Répondit Sirius en le fixant.
- On s'en va! Dit alors son père avec haine...

Walburga avait paru triste durant cet échange. Orion la prit par le bras férocement et il la poussa hors de la chambre. Regulus suivit aussitôt. Orion regarda à nouveau vers son fils, une haine si puissante dans ses yeux que Sirius eut mal aux siens. Et la porte se referma sur lui. Sirius regarda Mary qui lui sourit. Mais il ne put répondre à ce sourire, parce que sa peur et sa tristesse avaient augmenté dès que la porte s'était refermé. Il allait trop loin. Il allait toujours trop loin.